La Puissance du Cheval Transforme La Civilisation
(traduction en français par Emmanuelle Jaborska)

 La plupart des activités humaines peuvent être catégorisées en guerre, voyage, travail ou loisir.  Le cheval a été indispensable dans chacune de ces catégories.

Copie d'un bronze grec
env. V
e siècle av. J.-C

Guerre.  Le cheval montra d’abord son importance dans les guerres, car c’était la source d’énergie motrice la plus rapide, la plus agile et la plus manœuvrable qu’un char ou un cavalier pouvait avoir.  Les bœufs et les ânes, bien que plus calmes, n’avaient rien de comparable au cheval sur le champ de bataille.  Ils étaient simplement trop lents.  Les Hittites, ou les Hyksos, inventèrent le char de guerre et purent ainsi conquérir la Mésopotamie et l’Egypte aux environs de 1800 av. J.-C.  Les chars rapides transportaient deux hommes, un qui conduisait et l’autre qui se battait.  En voyant ces animaux peu familiers et la vitesse avec laquelle les piquiers et les archers montés pouvaient donner leurs coups fatals, les fantassins de l’âge du bronze devaient être aussi terrifiés que nous le sommes aujourd’hui de la bombe à hydrogène.

Puisque sa première contribution fut sur le champ de bataille, le cheval fut immédiatement associé avec pouvoir et privilèges, tandis que bétail et ânes furent relégués à la paysannerie.  Dans la fable ancienne mésopotamienne citée par John Keegan, dans A History of Warfare, le cheval se vante auprès du bœuf qu’il habite à côté des rois et qu’il mange sans pour autant risquer d’être mangé.  C’est une des premières indications que le cheval ait été associé avec fierté et fortune.

Les cavaliers individuels n’apparaissent dans les écrits historiques que 800 ans plus tard, vers 1000 av. J.-C.  Les historiens expliquent que ce long intervalle permit à l’homme de sélectionner l’élevage de chevaux plus grands et plus forts, capables de transporter un homme en armure.  Je pense que d’autres facteurs ont contribué à ce retard.  Comme je l’ai déjà dit, un poney peut transporter un adulte; la taille seule n’est pas à considérer.  Les hommes durent se débrouiller pour apprendre comment monter à cheval.  Rien n’est facile en équitation!  Les rênes, la pression des jambes, la façon de s’asseoir (ou assiette) – tous les signaux familiers aux cavaliers d’aujourd’hui – ainsi que tout l’équipement, durent être inventés.  Il a probablement fallu des mois et des années d’efforts, ainsi que les conseils transmis oralement par les vieux dresseurs et éleveurs expérimentés.

Voyage.  Ayant gagné leurs guerres, les conquérants durent maintenir le contrôle sur leurs territoires les plus éloignés.  Jusqu’à l’apparition de la machine à vapeur et du télégraphe au XIXe siècle, il n’y avait que le cheval qui permettait des voyages ou communications rapides.  Les Perses du Ve siècle av. J.-C., qui avaient construit le plus grand empire de l’époque, envoyaient des ordres à partir de leur capitale en utilisant des relais de courriers à cheval.  “Ni la neige, ni la pluie, ni la chaleur, ni la nuit ne pouvait les empêcher d’accomplir promptement leur devoir ”, comme l’a dit Hérodote (adoptée depuis comme devise par le service postal des États Unis, U.S. Post Office).  La création et la garde des empires furent les causes principales de la rencontre avec d’autres cultures.  Les voyages et le commerce multiplièrent ces contacts et permirent la diffusion d’idées qui créèrent les civilisations du monde ancien.  C’est grâce au cheval que presque tout cela – voire la totalité – fut possible.

Loisir.  Quand les hommes arrêtaient leurs combats, ils se rendirent compte en ces périodes plus calmes que le cheval pouvait aussi être une source de divertissements.  Dès qu’ils surent monter à cheval, ils s’aperçurent qu’ils pouvaient chasser du gibier plus gros et plus difficile pour leurs tables ou pour le plaisir du sport.  Les Perses et les Grecs mettaient en scène des courses hippiques et furent les premiers à s’intéresser à l’équitation en tant que discipline.  L’Art de l’Équitation, un traité écrit par Xénophon, historien et philosophe grec (430 – 354 av. J.-C.), est le plus ancien texte de cette sorte au monde, et même aujourd’hui, les cavaliers suivent une grande majorité de ses conseils.

Travail.   Bien que le cheval se soit montré très utile dans les domaines de la guerre, des voyages et du sport, il fallut patienter encore quelque temps avant son entrée dans le monde du travail.  Durant les périodes hellénique, romaine et médiévale, bœufs et ânes furent les principaux précurseurs du moteur à combustion interne.  Les chevaux disponibles dans les empires méditerranéens et du Proche-Orient à cette époque étaient trop légers et trop petits pour pouvoir tirer des charges lourdes comme le faisaient les bœufs.  De plus, posséder un cheval revenait toujour plus cher que posséder un bœuf ou un âne.  Son système digestif était moins efficace, ce qui voulait dire qu’un cheval devait être nourri plus souvent, et avec des aliments plus coûteux.  Jusqu’à ce que des races de chevaux lourds soient introduites en occident, le cheval servit seulement aux campagnes militaires, aux courses de chars, et à d’autres formes de luxe aristocratique.

 Merci à Jim Sadur pour la photo digitale!

Table des matières
Accueil   La Domestication   La Période Classique   Le Moyen Âge   Les Temps Modernes
L’Orient et l’Occident, Une Comparaison        Bibliographie           Liens       Essai

Toutes informations, suggestions ou contributions seraient bien appréciées. Je m’intéresse particulièrement aux matériaux sur l’emploi et le dressage des chevaux en Asie. Veuillez m’envoyer un courrier électronique s’il vous plaît, à mmaidens@verizon.net.

© 1999-2009 Melinda Maidens
traduction© 2002-2009 Emmanuelle Jaborska
Touts droits reservés