Le Cheval Lourd
(traduction en français par Emmanuelle Jaborska)

Alors que l’Empire romain se désintégrait, plusieurs facteurs contribuèrent à introduire le cheval dans le monde du travail. Le premier fut l’arrivée de chevaux plus lourds. Le cheval de trait fut développé à partir de chevaux introduits en Europe par les tribus germaniques du nord, où les races ont tendance à être plus lourdes que celles de la Méditerranée ou du Proche-Orient. Un deuxième facteur fut l’introduction en Europe du collier d’épaule. On ne sait pas exactement quand cette invention arriva de Chine. Dans les temps anciens, il y avait plusieurs façons d’atteler les chevaux aux charrettes et aux chars, mais le collier d’épaule (ou tout simplement collier) était de loin le plus efficace.

photo grâce à www.corbis.com

Le collier permit aux fermiers de profiter davantage de la vitesse et de la force du cheval. Avec le cheval, ils purent cultiver des champs plus grands, et tirer des chargements plus lourds jusqu’au marché.

Bien que la cavalerie montée ait été bien établie dans les campagnes militaires européennes depuis 1 500 ans, son utilité était encore limitée. Ceci changea complètement quand les étriers gagnèrent l’occident au VIIIe siècle. Leur introduction causa une révolution de l’organisation sociale. Les étriers permirent au chevalier en armure lourde de délivrer plus efficacement ses attaques à la lance ou à l’épée; le soldat à cheval devint bien plus meurtrier. Le «Grand Cheval», nécessaire au cavalier recouvert d’une armure métallique, remplaça le char léger et le cheval de cavalerie sans armure. Il ouvrit ainsi la voie à l’utilisation du cheval pour d’autres tâches. Le chevalier monté devint si important à la guerre médiévale que la position hiérarchique d’un propriétaire dans le système féodal était mesurée par le nombre d’hommes à cheval et en armure qu’il pouvait prêter à son seigneur. En échange de la protection de son seigneur, le vassal s’offrait lui-même, ou offrait de l’argent ou des terres suffisantes pour subvenir à l’entretien d’un combattant à cheval. Le système féodal était né.

photo © 1999-2009 Melinda Maidens

 

 

 

 En comptant le poids du chevalier en armure, son bouclier et sa lance, le cheval de guerre médiéval, lui aussi en armure, pouvait être appelé à supporter une charge de plus de 100 kilos (220 livres).


Chevaliers du XVIe siècle en parade
Metropolitan Museum of Art, New York City

 

 

Table des matières
Accueil   La Domestication   La Période Classique   Le Moyen Âge   Les Temps Modernes
L’Orient et l’Occident, Une Comparaison        Bibliographie           Liens       Essai

Toutes informations, suggestions ou contributions seraient bien appréciées.  Veuillez m’envoyer un courrier électronique s’il vous plaît, à mmaidens@verizon.net.

© 2007-2009 Melinda Maidens
traduction © 2007-2009 Emmanuelle Jaborska
Touts droits reservés